Veillée de Noël Russe un peu particulière

© PIcspics - Russian Christmas-2© PIcspics - Russian Christmas-3© PIcspics - Russian Christmas-4© PIcspics - Russian Christmas-5© PIcspics - Russian Christmas-6© PIcspics - Russian Christmas-7© PIcspics - Russian Christmas-8© PIcspics - Russian Christmas-9© PIcspics - Russian Christmas-10© PIcspics - Russian Christmas-11© PIcspics - Russian Christmas-12© PIcspics - Russian Christmas-13© PIcspics - Russian Christmas-14© PIcspics - Russian Christmas-15© PIcspics - Russian Christmas-16© PIcspics - Russian Christmas-17© PIcspics - Russian Christmas-18© PIcspics - Russian Christmas-19© PIcspics - Russian Christmas-20

Nous sommes le 6 janvier, veillée de Noël pour les orthodoxes russes demeurés fidèles au calendrier Julien. En 2012, la célébration a une tonalité un peu différente des autres années. Le printemps arabe résonne en terre russe. Le Patriarchat de Moscou est sorti de sa réserve en appelant le gouvernement russe à entendre les grondements populaires suscités par l'annonce des résultats contestés des élections législatives de décembre. A plusieurs milliers de kilomètres, l'Eglise orthodoxe russe hors frontière, réunie de nouveau avec le Patriarchat de Moscou depuis 2007, se prépare à accueillir les festivités. Neuf heures trente du soir: l'Eglise des Trois-Saints-Docteurs discrètement nichée entre deux immeubles du 15 ème arrondissement de Paris ouvre ses portes à la diaspora russe. Venus en nombre, les fidèles se recueillent en famille devant les icônes parsemant l'espace exigu de la paroisse. Quelques minutes plus tard entre les quatre murs entièrement tapissés d'icônes de la petite église, commencent à retentir des chants orthodoxes en slavon. L'évêque Nestor de Chersonèse, chargé de l'administration des communautés du patriarcat de Moscou en France, en Suisse, en Espagne et au Portugal, ponctue de ses homélies les envoutants choeurs polyphoniques. L'année 2011 dans le monde est qualifiée en russe "d'année unique" par l'évêque. A deux heures du matin, après s'être recueillies pendant plus de quatre heures debout, les familles russes quittent peu à peu l'église.

Reportage réalisé dans la nuit du 6 au 7 janvier 2012.